Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 08:57

 la-refonte-des-cantons-fait-l-unanimite-contre-elle.jpg

 

 

Fidèle à sa recherche de titres biaisant le RL titre le même jour :

« Nouveaux cantons, lesquels vont sauter ? »

Et « La refonte des cantons fait l’unanimité contre elle »

 

Les deux sont actuellement faux :

1-  il n’est pas sûr que l’arrondissement de Sarreguemines ne compte plus que deux nouveaux cantons au lieu des 6 :

Il sera possible de faire une exception:

Voir l’article 23 :

« IV. – Seules les exceptions de portée limitée spécialement justifiées

par des considérations géographiques ou par d’autres impératifs d’intérêt

général peuvent être apportées aux dispositions du III. »

Mais en plus, si effectivement les 3 futurs cantons seraient en deçà du chiffre fixé par la loi , il sera admis que la population de chaque nouveau canton soit de 20% inférieure à la moyenne du département. Sous réserve de chiffres officiels, La moyenne départementale s’établira à 40 194 habitants pour 26 cantons, (entre 48 250 et 32 150). La population de l’arrondissement est de 100 982, soit pour 3 cantons une moyenne de 33 660.

Nous soutiendrons quoiqu’il en soit la création de 3 cantons dans notre arrondissement pour des raison d’homogénéité : 1 autour de Sarreguemines, 1 autour de Bitche, 1 autour de Sarralbe

2-Si les 6 sortants sont  unanimement contre, pour des raisons diverses, il n’en va pas sans doute  pas de même des candidats non élus aux précédentes élections cantonales.

On suppose que le Républicain Lorrain donnera la parole à Michael Weber, à Jean-Claude Moulay, à Bernadette Hilpert, à Gilbert Maurer, à Hubert Duchscher ?

Ils auront des avis moins machistes que ceux de Cunat et ses collègues !

 

Le Républicain Lorrain pleure avec les futurs perdants, mais pour notre part ils ne vont pas nous manquer !

Localement à la place du tandem Karman/Cunat, nous sommes sûr que nous aurons une femme et nous espérons des nouveaux venux, plus motivés et ambitieux pour le canton.

 

 

 

 

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 17:11

nouveau-logo-ps

 

Ce matin, lors d’une rencontre avec les médias locaux, suite à son élection à la présidence du Conseil Général de la Moselle, Patrick Weiten a annoncé son refus de financer la gare d’interconnexion TER TGV de Vandières. « Nous ne financerons pas la gare d’interconnexion de Vandières, les Mosellans vont déjà la payer avec l’impôt régional ».

 

Ce premier acte politique posé par M. Weiten est très inquiétant pour l’avenir de la Moselle et de ses habitants.

 

Cette déclaration populiste ne correspond aucunement à la réalité de l’impôt payé par les Mosellans : Patrick Weiten feint d’ignorer que depuis le 1er janvier 2011, la majorité UMP du Parlement a retiré tous les impôts directs du budget des Régions. De plus, cela ne correspond aucunement à la réalité du financement de cette gare, acté par décret.

 

Elle témoigne surtout d’une politique autarcique, d’une politique du refus de la solidarité régionale et du repli identitaire. Les habitants de Meuse, de Meurthe-et-Moselle et des Vosges apprécieront la position de M. Weiten : dans ces trois départements les élus de tous bords se sont prononcés pour cette gare qui améliorera les déplacements de tous les Lorrains.

 

Cette déclaration est aussi le témoignage que le nouveau président du Conseil Général est sous tutelle et qu’il se devait de donner des gages à son prédécesseur Philippe Leroy dont la marotte est le refus de cette infrastructure régionale indispensable. Rappelons à M. Weiten et à M. Leroy que, en 2000, le Conseil Général de la Moselle par la signature du même M. Leroy s’est engagé sur le financement de cette gare. De même, on peut considérer que la présence négociée de M. Weiten sur la liste sénatoriale de M. Leroy est également un gage donné pour obtenir cette présidence si longtemps convoitée.

 

Enfin, ce reniement de la parole donnée va totalement à l’encontre des attentes de nos concitoyens : ils veulent que les élus travaillent pour l’intérêt général et abandonnent leurs petites combinaisons politiciennes.

 

Avec de tels défenseurs, la Moselle n’a pas besoin d’ennemis.      

Jean-Marc Todeschini,

Sénateur de la Moselle,

Premier secrétaire de la Fédération de la Moselle du Parti Socialiste.

 

Philippe Tarillon,

Conseiller Général,

Président du groupe Socialiste & Républicain du Conseil Général de la Moselle

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 12:09

Conference-des-Responsables-de-Culte-en-France.jpg

au lendemain des élections cantonales, qui ont vu un candidat xénophobe obtenir 1927 voix à Sarreguemines, le texte signé par les responsables des principaux cultes de France vient rappeler à point nommé que notre société repose sur le vivre ensemble. Nous appelons les électeurs aveuglés par leurs difficultés quoitiennes et abusés par les positions simplistes du front national à un sursaut républicain: pour se renforcer, les valeurs se partagent , elles ne se rangent pas au placard- au risque de se miter!

 

Conférence des Responsables de Culte en France a été créée le 23 novembre dernier et elle regroupe six instances responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), de l’Islam et du Judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté d’approfondir notre connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée, et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société.

La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous parait capital, pendant cette période pré-électorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation.

Nous signons ensemble cette tribune sans aucun esprit polémique ou partisan. Une parole commune nous semble néanmoins nécessaire. Notre cohésion au sein de la Conférence que nous avons fondée, est significative dans notre société française. Elle a été rendue possible grâce notamment au climat de coopération instauré entre les religions, que la "laïcité à la française" et ses évolutions depuis plus d'un siècle ont permis.

Mais cette cohésion ne signifie pas pour autant uniformité ! Elle ne nous engage nullement en faveur d'un quelconque amalgame syncrétiste ou d’un nivellement de nos positions individuelles et celles des cultes que nous représentons. Nous travaillons ensemble dans la confiance, en intégrant nos histoires et identités respectives. Nous continuons à avoir des approches différenciées sur telle ou telle question, sans pour autant faire de nos différences des facteurs d'opposition. Nous sommes déterminés à réfléchir et à œuvrer ensemble sur la durée, en relation avec les autorités et les forces vives de notre pays, afin que le facteur religieux y soit un élément de paix et de progrès.

L'accélération des agendas politiques risque, à la veille de rendez-vous électoraux importants pour l’avenir de notre pays, de brouiller cette perspective et de susciter des confusions qui ne peuvent qu'être préjudiciables. Nous en sommes conscients. Cela ne doit pas nous dissuader pour autant de rappeler l'essentiel quand il le faut. Nous restons très attentifs aux évolutions profondes de notre société, notamment celles qui concernent les religions, dans le respect du cadre de la République. Ces évolutions appellent parfois des adaptations voire des améliorations du cadre juridique et règlementaire de l’expression et de la vie des cultes en France. Nous ne manquerons pas d’être une force positive de propositions dans ce sens.

Faut-il dans le contexte actuel un débat sur la laïcité ? Le débat est toujours signe de santé et de vitalité. Le dialogue est toujours une nécessité. Il a un rôle majeur dans une société libre, démocratique et respectueuse de la personne humaine. Mais un parti politique, fût-il majoritaire, est-il la bonne instance pour le conduire seul ? Ce ne sont ni les débats, ni les travaux qui manquent dans ce domaine ! La Loi 1905 est déjà plus que centenaire. Elle a permis d’apporter depuis lors des solutions à des questions nées de nouvelles situations et des évolutions de notre société dans un monde de plus en plus rapide. Tous les cultes adhèrent sans réserve à ses principes fondamentaux tels qu’ils s’expriment en particulier dans ses deux premiers articles. Mais les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles. Faut-il recenser tous les colloques et autres séminaires qui ont abordé en long et en large la question de la laïcité et de ses applications dans notre pays depuis des années? Faut-il rappeler, dans la période récente, les travaux étendus et exhaustifs de la Commission présidée par le Professeur Jean Pierre MACHELON qui ont donné lieu à un rapport sur les « relations des cultes avec les pouvoirs publics » remis au ministre de l’intérieur le 20 septembre 2006 ? Ce rapport avait abordé d’une manière approfondie les différents aspects liés à l’exercice du culte en France dont celui du « support institutionnel » de son exercice dans notre pays. Faut-il rappeler de même les travaux du « Groupe juridique inter-cultes » qui travaille depuis 2007, dans le prolongement des recommandations du Groupe MACHELON, au sein du Ministère de l’intérieur, et où siègent des représentants des principaux cultes ? Ce groupe a bien fonctionné et a permis la publication de plusieurs circulaires dont la dernière, du 23 juin 2010, conjointe aux Ministères de l’intérieur et des finances, aborde d’une manière détaillée à l’attention des préfets, des directeurs départementaux des finances publiques et des trésoriers payeurs généraux, les différents aspects liés au « support institutionnel de l’exercice du culte en France » ? Faut-il rappeler aussi la production intellectuelle abondante d’articles et d’écrits divers, ainsi que les nombreux ouvrages qui paraissent sur l’histoire, les fondements, la pratique et les perspectives de la laïcité en France ? La liste en sera longue. Elle illustre parfaitement toute la richesse et la profondeur de notre expérience française de la laïcité. Nous y reviendrons lors de la rencontre publique que nous comptons organiser en octobre prochain.

Secouée par des crises à répétition, politique, économique, financière et morale, la période actuelle manque de lisibilité mais sans doute pas d’espérance ! Le devoir de ceux qui sont « en responsabilité » consiste à éclairer le chemin et à élaborer des solutions conformes au bien de tous. N'ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons. Nous militons ensemble pour une laïcité de bonne intelligence.

La laïcité n’est pas séparable des valeurs fondamentales que nous partageons, en particulier de la dignité et du respect de la personne humaine et de sa liberté inaliénable. Ces valeurs qui ne peuvent s’épanouir que dans la confiance mutuelle source de paix pour notre société.»


SIGNATAIRES :

Cardinal André VINGT-TROIS, président de la Conférence des Évêques de France
Avec Mgr Laurent ULRICH, vice-président de la Conférence des Évêques de France
Pasteur Claude BATY, président de la Fédération protestante de France
Avec le pasteur Laurent SCHLUMBERGER, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l’Église réformée de France
Métropolite EMMANUEL, président de l’Assemblée des Évêques orthodoxes de France
Avec le Métropolite Joseph, secrétaire de l’Assemblée des Evêques orthodoxes de France
Et Mr. Carol SABA, porte-parole de l’Assemblée des Évêques orthodoxes de France
Grand Rabbin Gilles BERNHEIM, Grand Rabbin de France
Avec le rabbin Moshé LEWIN, porte-parole du Grand Rabbin de France
M. Mohammed MOUSSAOUI, président du Conseil français du culte musulman
Avec M. Anouar KBIBECH, secrétaire général du Conseil français du culte musulman
Révérend Olivier WANG-GENH, président de l’Union bouddhiste de France

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 06:53

 

angele-dufflo.png 

A l’heure où la majorité gouvernementale « tangue » et « vacille », force est de constater que notre arrondissement a porté au CG57 trois candidats de droite soutenus par l’UMP.

Les candidats socialistes locaux malgré un travail de terrain reconnu  n’ont pas profité du mouvement national qui a fait du PS le premier parti de France.

Les analyses des résultats du vote sur notre arrondissement nous interpellent.

Le vote de désespérance sur les candidatures du FN et l’abstention devenue  nouvelle forme de protestation   sont les signes tangibles de la défiance à l’égard de la  politique et de ceux qui la portent. Ce n’est en aucun cas un plébiscite pour la droite locale.

En effet,les difficultés quotidiennes de nos concitoyens, un état qui ne remplit plus ses missions  en matière d’emploi, de santé, et d’éducation,   une jeunesse qui n’a plus que la certitude du pire  sont les signes  d’une régression sociale, morale et politique.

Le gouvernement UMP a accompagné cette régression en nous faisant croire qu’on ne peut plus échapper aux contraintes imposées par la généralisation du capitalisme financier et  à la marchandisation de la société toute entière.

Les socialistes de l’arrondissement de Sarreguemines redisent avec force qu’une autre voie est possible, celle d’un état qui protège et, dans lequel,  les pouvoirs publics jouent un rôle majeur pour fixer les règles et les faire appliquer.

Les élus socialistes du Pays de Bitche- Sarreguemines-Sarralbe,  maires, conseillers régionaux, conseillers municipaux qui œuvrent au quotidien et en toute responsabilité  au service de leurs concitoyens, aux côtés des entreprises, des communes, des associations,se disent prêts à incarner et à porter le nécessaire changement exprimé nationalement et localement.

Il est venu le temps de dire à nos concitoyens qui doutent qu’une autre France est possible, celle qui donne sa chance à chacun, celle d’une société du progrès humain.

Repost 0
ecrit par Angèle Dufflo - dans élections cantonales
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 12:22

Cunat-J-C-indépendant

 

Après ses 69 voix du premier tour à Beausoleil 1, à égalité avec le front national (et ayant réalisé ce même score à l’école des vergers et Beausoleil 2), le nouveau conseiller cantonal réalise un petit 61%.

 

Bien loin des 4143 voix de son prédécesseur Buchheit en 2004 (3016 voix)

Bien loin aussi des 82% de Chirac opposé à Le Pen en 2002 !(61.02% des votants, mais 20% des inscrits)

 

Opposé à un parachuté à Sarreguemines, n’ayant comme programme que le patronage de « Marine », il n’y a pas de quoi se sentir légitime !!

 

Quelques chiffres plus que préoccupants :

·         65% d’abstentions : c’est le résultat vraisemblable du consumérisme ambiant (et qui constitue l’idéal des libéraux) : les citoyens sont devenus des consommateurs avant tout et cette élection manquait apparemment d’enjeux.  Apparemment, car les responsabilités du conseil général sont réelles et les choix de dépenses sont pour grande partie politiques.

·         Presque 39% pour le candidat d’extrême droite, soit plus 682 voix qu’au premier tour! Presque 700 citoyens ont décidé en connaissance de cause d’essayer d’élire un militant inconnu et parachuté du front national ! Sarkozy et ses amis (UMP ou courageux « indépendants ») ont au moins réussi  cela : les idées xénophobes et les solutions simplistes ont maintenant droit de cité, et pourquoi préférer la copie à l’original ?

 

A Sarreguemines, comme ailleurs, La Gauche a maintenant un devoir clair :

 

·         S’unir, pour éviter que les deuxièmes tours ne donnent le choix qu’entre la droite libérale et la droite extrême

·         Mobiliser les abstentionnistes en présentant des lignes programmatiques claires et réalistes

 

L'Allemagne semble nous montrer la voie,

 

En France, une première occasion sera donnée en 2012 à l’occasion des présidentielles et des législatives !

 

 

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 14:01

envie-de-cunat.png

même s'il fallait se résigner à voter cunat pour barrer la route à la xénophobie et à l'irréalisme du front national, il faut quand même bien avouer que le pauvre garçon fait tout ce qu'il peut pour nous faire passer l'envie!

 

morceaux choisis de son tract de 2eme tour:

 

1- "vous étiez très nombreux": moins de 10% des inscrits! 8.5% de moins que Bucheit: on commence à vous faire prendre les urnes pour des lampadaires!

 

2-"cohabitation néfaste" voilà bien la conception du pluralisme et de la démocratie de lett et de ses sbires : tous les pouvoirs aux mêmes !

 

3-"vos élus" : ah bon , les élus d'opposition ne sont pas "vos élus"?

 

4-"aboutir positivement": et en plus il parle mal! à moins que ses projets n'aboutissent en général "négativement "?Pour le bien public en tout cas certainement ! (on passe sur l'inanité du slogan "s'investir avec vous" : c'est presque aussi nul que "positivez avec carrefour")

 

Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 16:06

A la veille d’un deuxième tour de scrutin qui opposera la droite gouvernementale à l’extrême droite, nous ne donnerons pas ici de consigne de vote.

 

Jean-Claude Moulay , arrivé en tête des candidats de gauche, a courageusement communiqué sa décision de voter pour JC Cunat. Certains autres membres de la GPS prônent le vote Nul pour marquer leur désapprobation d'avoir à choisir entre la droite libérale et la droite extrème et leur respect de la démocratie.

 

Tous sont en tout cas d’accord pour dire que dimanche, il faudra aller voter ! Un vote blanc, nul ou républicain sera respectable, un vote front national serait honteux.

 

Mais revenons sur quelques chiffres de ce scrutin :

 

A Gauche, les espoirs du PS et de son candidat sont déçus, mais le score de Jean-Claude Moulay (17.34%) est comparable aux voix pour la liste de la Gauche pour Sarreguemines au municipales (18.18%), alors que cette même Gauche était pour ce scrutin représentée par 3 candidats.

L’absence d’une candidature du centre, comme celle de René Ludwig en 2004, et la nouveauté d’un candidat vert rend les comparaisons difficiles. Mais les candidats de partis représentés au sein de la Gauche Pour Sarreguemines, avaient obtenu 23.31 en 2004 (PS+PCF)et obtiennent 39.26% au premier tour (PS+Verts+FdG).

En ajoutant les voix de René Ludwig et des trotskistes (PT ou POI) dans une grande opposition, on obtient en 2004 46.27% et en 2011 42.50%. Cet amalgame est à l’évidence arbitraire mais rend compte de la réalité locale d’une élection à laquelle René Ludwig ne s’est pas présenté et où à l’évidence l’opposition à Hambrégie a poussé le vote écologiste.

 

A droite, le candidat « de la majorité municipale » rassemble 31,18% quand son collègue et prédécesseur Buchheit avait obtenu 39.87% !

Pensez vous que lorsqu’il sera, de toute vraisemblance, aussi mal élu dimanche soir, il en éprouvera une certaine humilité ?

On parie ici que non, comme Chirac en 2002 !

Le total droite gouvernementale et d'opposition (mais pour combien de temps ?) représente 57.5% en 2011 contre 53.73% : contrairement à la France dans son ensemble Sarreguemines est de plus en plus à droite et les votants s’enfoncent vers l’extrême droite.

 

Le fait le plus marquant reste l’abstention qui progresse largement : en 2004 54.4%, en 2011 67.5%, sur fond de baisse des inscrits et de la population (16227 inscrits en 2004, 15029 en 2011, soit -7.4%!), et donc la baisse de la représentativité : Le candidat en tête du premier tour a obtenu 9.8% des votes des inscrits : 1 sur 10 des passants inscrits qu’il croise dans la rue (on ne l’y voit pas souvent) a voté pour lui ! (et 6% de l’ensemble des habitants !)

 

Dimanche, l’année prochaine pour les présidentielles, et aussi dans la perspective des municipales de 2014, nos efforts doivent tendre à convaincre les abstentionnistes !

 

Beaucoup disent émettre une protestation en ne votant pas : disons leur que cette protestation est vaine, puisque de toute façon un candidat sera élu qui remplira sa fonction

D’autre disent que tous les politiques se valent, font des promesses et ensuite ne font rien : ce n’est pas vrai : globalement les candidats et élus de gauche sont respectueux de leurs électeurs. Ce sont des hommes et femmes de terrain à l’écoute de leurs concitoyens. Ils œuvrent pour le bien public, en particulier en défendant les services publics et la protection sociale, alors que tous les hommes politiques de droite, UMPistes ou non, extrêmes ou non, s’emploient à les démanteler, comme Sarkozy le fait avec constance.

 

Il nous reste à les convaincre !

La campagne pour les municipales et pour le réveil de Sarreguemines commence

 

Eric Kamblock

Repost 0
ecrit par Eric Kamblock - dans élections cantonales
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 22:53

Kar2--2-.jpgKar1--2-.jpg

 

Repost 0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 14:25

Cunat-J-C-independant-copie-1.jpgKarmann-J-independant.jpglett--independant.jpgnicolas-sarkozy-independant.jpg

 

A Sarreguemines-ville comme à Sarreguemines-Campagne  le principal candidat de la droite se définit comme « indépendant ».

 

 

Peut-être ont-ils envie de le croire eux-mêmes  et ne cherchent-ils  pas vraiment à faire prendre des vessies pour des lanternes aux électeurs, mais alors il est temps de leur rappeler  que l’indépendance ne consiste pas seulement à résister aux demandes pressantes de l’UMP de s’encarter :

 

·         Au plan programmatique : grosso modo , ils nous disent « je vais faire la même chose , mais en mieux que mon prédécesseur » : pourquoi faudrait-il croire que Jean Karmann va tenir les promesses qu’il n’a pas tenues, ou que Jean-Claude Cunat réussirait à faire la déviation sud , ce véritable serpent de mer local qu’on nous ressert à chaque élection ?

·         Au plan du pouvoir et de l’influence : que ce soit comme vice-présidents de la CASC ou adjoint au maire de Sarreguemines, nos deux candidats dépendent entièrement du député-maire Lett et d’ailleurs le suivent aveuglement dans ses votes : pas un seul vote contre, ni même une abstention depuis le début des mandatures !

·         Au plan financier : on ignore si le congé formation que Jean-Claude Cunat a pris en tant que directeur du CFA est rémunéré ou non, mais on sait bien que ses autres fonctions d’adjoint  à la culture (sic !) de Sarreguemines et de vice-président chargé de la Médiathèque (re-sic) sont assorties de bonnes indemnités. Nul doute qu’il ne refuserait pas l’indemnité de conseiller général !

 

Alors indépendants ?

Oui,  comme le député-maire Lett (un autre grand cumulard de fonctions, de pouvoirs et d’indemnités) est indépendant de Sarkozy ! Lui au moins il a pris sa carte ! Même si je suis prêt à parier qu’il la rendrait bien pour devenir lui-aussi « indépendant » aux prochaines élections ! 

 

L’équation est simple : Cunat et Karmann soutiennent Lett qui soutient Sarkozy, qui, lui, soutient les riches et le CAC 40.

 

Alors dimanche prochain, soyez indépendants, votez pour l’avenir et votez contre les pouvoirs en place !

 

Eric Kamblock

Repost 0
ecrit par Eric Kamblock - dans élections cantonales
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 12:43

IMAG0160

Dans son dernier tract de campagne, le candidat sarkozyste de Sarreguemines-ville s’est permis certaines allégations pour le moins surprenantes qui, à mon sens, ne peuvent rester sans réponse : elles sont suffisamment graves pour qu’au moins ceux qui nous lisent soient alertés.

Il prend d’abord un risque non négligeable en écrivant que, s’il est élu, il appartiendra « à la majorité »  UMP qui ne le dit pas, « sortante et renouvelée ». Sortante sans doute, mais renouvelée ? Et si le département bascule à gauche, hypothèse non dénuée de fondement, que fera-t-il ? Au-delà, doit-on comprendre que la majorité sarkozyste aurait une préférence marquée, dans la distribution des subsides, pour ceux de son camp ? Ce serait une bien curieuse manière de gestion … et une très curieuse conception de la démocratie !

De la démocratie, justement, que, apparemment, ses adversaires prônent, en même temps que le dialogue, « à tout va » alors que lui est « le seul candidat à être présent dans tous les quartiers et à l’écoute de tous ». N’y aurait-il pas là comme une légère contradiction ? S’il est seul et partout, que sont sa démocratie et son dialogue si ceux des autres, absents et nulle part, sont « à tout va » ? On touche ici au domaine divin de l’omniprésence et de l’omnipotence. Il est vrai, il le répète suffisamment, que ce candidat est à bonne école dans une majorité municipale sarkozyste où, comme chacun sait, la démocratie locale part dans tous les sens et flamboie de mille feux.

Quant aux « promesses en tous genres, belles paroles » dont « certains candidats » nous abreuvent, il semblerait plutôt que ces « certains candidats » soulignent modestement qu’ils ne seront, en cas d’élection de l’un d’eux qu’un membre parmi les autres du conseil général et qu’ils se battront sur leurs propositions, ce qui est bien le moins que l’on puisse exiger d’eux. Voilà qui relativise « les promesses démagogiques et irréalistes ». Curieux, cette impression de déjà entendu … Le candidat sarkozyste serait sans doute plus crédible s’il pouvait se prévaloir d’un bilan satisfaisant au niveau de son action municipale. Or que constate-t-on ? Il veut financer, sans prendre la précaution oratoire dont j’ai parlé ci-dessus, « la diffusion culturelle et » faciliter « l’apprentissage de la découverte de tous les arts » (c’est moi qui souligne). Tous, vraiment ? Pourquoi alors, à Sarreguemines, la culture classique, celle qui constitue le lien et la mémoire des sociétés humaines, est-elle sacrifiée sous prétexte d’élitisme ? Et « une éco-maison témoin dans chaque arrondissement » : sûr que les Bitchois, si tant est qu’ils en aient besoin, vont venir visiter celle de Sarreguemines ! Ça au moins, c’est réaliste.

Que les « ambitions personnelles », enfin, s’exercent « au détriment de l’intérêt général », cela ne fait aucun doute. Reste à savoir où se situent véritablement ces ambitions. Lorsqu’un candidat, qui est déjà adjoint municipal et vice-président de la CASC, postule par surcroît pour un siège au conseil général, toutes fonctions régulièrement indemnisées, cela relève-t-il de l’ambition ou de l’intérêt personnels ? Inutile de chercher une réponse car, dans les deux cas, je vois une double indécence : d’une part un tel cumul, à ce niveau de responsabilité, ne saurait permettre de faire convenablement tout son travail et, dans ces conditions, la rémunération liée devient indue ; d’autre part, en ces temps où la société, « grâce » à l’action amplificatrice vigoureuse de Nicolas Sarkozy, n’est plus en mesure d’assurer la sécurité matérielle de millions de ses membres, pareille accumulation des indemnités devient déplacée et, à la limite, impudique.

Ce n’est pas parce que l’on est en campagne électorale que l’on doit se permettre de dire n’importe quoi. Je pense même, au contraire, qu’une saine compréhension du principe démocratique, et du respect de l’électeur, devrait l’interdire. J’espère donc qu’effectivement les Sarregueminois feront preuve de « lucidité et bon sens » afin d’écarter ce candidat sarkozyste qui, ils l’auront remarqué, n’évoque à aucun moment son orientation, tant l’héritage est lourd à porter. Courage, fuyons !

Repost 0
ecrit par René Basset - dans élections cantonales
commenter cet article

Articles Récents

  • la lettre du secrétaire #136:"une élection mal comprise"
    Au Sommaire: une élection mal comprise d'où vient le blé ? Le regard de Sébastien Lefort: "Campagne et moyens" qu'en pensez vous ?: "la réforme du statut des stagiaires" EDITO : "j'ai de la chance moi...." Rue Briques et Pavés: primaires à droite au Pays...
  • le lettre du secrétaire #135: "je reste, je suis socialiste"
    Au Sommaire: " je reste, je suis socialiste"- carte blanche à Gérard Filoche "Valls à gauche ?" La démo de cousin Hub: par Hubert Fuss "matraquage fiscal ? vraiment ? qu'en pensez vous ?: la réforme territoriale ? EDITO : "En plein marasme, Lefort en...
  • la lettre du secrétaire #134:"...et le cul de la fermière ?"
    Au Sommaire: " Inciter à quoi ?" "...et le cul de la fermière ?" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort Jaurès: 100 ans ! EDITO : "une idée intéressante" Rue Briques et Pavés: Lisez et...
  • Les mandatures se suivent … et se ressemblent !
    un stade d'entrainement ? de 1,5 à 2,5 millions d'€uros Il y a quelques jours de cela, et même un peu plus, le Républicain Lorrain avisait la population, quoique sans roulement de tambour, de l’état d’avancement du futur nouveau stade des Faïenceries....
  • la lettre du secrétaire #133:"le colibri et l'ignorant"
    Au Sommaire: " y a-t-il un pilote dans la salle ?" "le colibri et l'ignorant" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort alerte enlèvement EDITO : "y a aussi un Bitscherland là-bas ?" Rue Briques...
  • la lettre du secrétaire #132:"D'ici et d'ailleurs"
    Au Sommaire: " D'ici et d'ailleurs" "Harmoniser par le haut" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort EDITO : "le changement, c'est bientôt" Rue Briques et Pavés: Lisez et faites lire le...
  • Rendons à l’histoire ce qui lui appartient
    un Rentenmark egale 1.000 milliards de marks. Cela nous est répété à satiété : toute la politique économique allemande, et les blocages qui en résultent, nous viennent de la monstrueuse inflation qui, en 1923, met l’Allemagne à genoux. L’on peut comprendre...
  • la lettre du secrétaire #131:"sur la ligne...Céleste"
    Au Sommaire: " le changement, c'est...Giscard !" "sur la ligne...Céleste" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort EDITO : "et si on changeait ?" "Faut-il fermer Fessenheim ? OUI !" Rue Briques...
  • non à l'instrumentalisation des enfants !
    honte aux parents qui mettent des pancartes dans les mains de leurs enfants ! et à tous ceux qui les instrumentalisent
  • problemes de Sarreguemines, la lettre ouverte d'un citoyen en colère
    Stationnement et circulation, civilité et code de bonne conduite ! Lors de sa dernière réunion de campagne, Casino des Faïenceries, pour l'élection municipale du maire de la ville et son Conseil, Céleste LETT, réélu, nous disait qu'il était plutôt traditionnel...