Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Recherche

/ / /

 

Les textes de cette rubrique reprennent les contributions et analyses de nos colistiers. Elles ne reflètent pas nécessairement les vues de chacun des autres membres. Elles sont le point de départ de notre réflexion collective pour proposer un programme cohérent et réaliste à nos concitoyens. Vos commentaires et propositions sont les bienvenus sur info@la-gauche-pour-sarreguemines.info


Emploi et action municipale, quelques pistes de réflexion

 

 

 

Des disparitions d’entreprises comme Haffner ou Botanic ne se produisent heureusement pas tous les jours. A cet égard il serait illusoire de surestimer la capacité d’un maire de ville à peine moyenne de modifier ou d’influer sur les décisions des groupes industriels et autres holdings. L’évolution problématique d’Inéos montre que même des autorités réputées plus fortes politiquement n’ont pas voix au chapitre. Pour autant un maire doit-il rester inactif, ou se contenter du minimum verbal, face à une entreprise en crise, ou qui crée sa propre crise ?

 

 

1 – Le travailleur, ouvrier comme employé, est devenu un moyen de production quand en tant qu’homme il est une fin. La contradiction est insurmontable sauf à considérer, ce que notre époque est en train de faire, que l’homme en tant que moyen de production est plus facile à manier, déplacer, voire effacer, qu’une machine. De ce fait l’homme devient la première variable d’ajustement de l’entreprise, et ce avant l’outil. Considéré comme moyen de production et variable d’ajustement, le travailleur est instrumentalisé c’est-à-dire déshumanisé. Il en résulte que, lorsqu’une entreprise licencie ses personnels par suite de réduction massive ou de fermeture, le maire doit être aux côtés des travailleurs – pas seulement par presse interposée : physiquement – afin de les conforter, et de les maintenir, dans la communauté des membres de la cité. A l’exclusion hors du monde du travail ne doit pas s’ajouter l’exclusion hors de la cité. Au-delà de sa présence physique, le maire, par son autorité morale et celle de sa fonction, peut

 

  • a.obtenir et transmettre des informations que les salariés ne reçoivent pas ;
  • b.se présenter comme un intermédiaire non négligeable dans la négociation du plan social, apporter son avis et ses éclairages, surveiller son application car c’est souvent là que le bât blesse ;
  • c.peser sur l’embauche des salariés en difficulté (recherche de solutions avec eux, interventions auprès des chefs d’entreprises).

 

 

2 – La politique pour l’emploi est un tout. Se battre avec les travailleurs se fait « après ». Mais si l’on veut lutter efficacement contre le chômage, il faut aussi et surtout se battre « avant ». Toutes les enquêtes montrent que les entreprises viennent dans les villes attractives. Il faut donc

 

·         améliorer l’image de la ville par des politiques environnementale, culturelle et urbanistique dignes de ce nom,

·         faire connaître la ville en créant un blog en plusieurs langues (dont l’Allemand, l’Anglais, le Japonais) reprenant les atouts économiques, géographiques, humains, etc., de la cité,

·         certains métiers manquent de main-d’œuvre : recenser les qualifications des chômeurs inscrits à l’ANPE sur la ville et ses environs immédiats afin d’avoir un argument main-d’œuvre immédiatement disponible.

·         offrir des sites d’accueil (terrains viabilisés ou bâtiments – voir « Habitat et architecture », point 3),

 

sachant qu’après avoir délocalisé, et s’être heurté à des problèmes de compétence et donc de qualité, certaines entreprises intègrent désormais les coûts « incidents-qualité » dans leur prévisions et sont susceptibles de relocaliser.

 

 

Pour mettre en œuvre une telle action, une « Cellule Emploi » peut être installée soit directement auprès du Maire, soit auprès de l’Adjoint chargé des Finances auquel ne seraient plus confiées que deux responsabilités pour qu’il puisse s’en occuper de la manière la plus efficiente possible : les finances et l’emploi.

 

Dernière remarque enfin. S’est-on avisé que certains chômeurs devaient refuser parfois un emploi parce qu’ils ne disposaient pas d’un moyen de locomotion pour se rendre sur un lieu de travail trop éloigné ? Il ne le semble pas. Cet aspect de simple bon sens doit être à tout le moins intégré dans une réflexion de gauche et faire l’objet d’une mesure pratique sous un chapitre ou l’autre de la politique municipale (d’autant que, concernant un petit nombre, la mesure ne devrait pas coûter très cher aux finances de la ville).

Partager cette page

Repost 0
ecrit par

Articles Récents

  • la lettre du secrétaire #136:"une élection mal comprise"
    Au Sommaire: une élection mal comprise d'où vient le blé ? Le regard de Sébastien Lefort: "Campagne et moyens" qu'en pensez vous ?: "la réforme du statut des stagiaires" EDITO : "j'ai de la chance moi...." Rue Briques et Pavés: primaires à droite au Pays...
  • le lettre du secrétaire #135: "je reste, je suis socialiste"
    Au Sommaire: " je reste, je suis socialiste"- carte blanche à Gérard Filoche "Valls à gauche ?" La démo de cousin Hub: par Hubert Fuss "matraquage fiscal ? vraiment ? qu'en pensez vous ?: la réforme territoriale ? EDITO : "En plein marasme, Lefort en...
  • la lettre du secrétaire #134:"...et le cul de la fermière ?"
    Au Sommaire: " Inciter à quoi ?" "...et le cul de la fermière ?" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort Jaurès: 100 ans ! EDITO : "une idée intéressante" Rue Briques et Pavés: Lisez et...
  • Les mandatures se suivent … et se ressemblent !
    un stade d'entrainement ? de 1,5 à 2,5 millions d'€uros Il y a quelques jours de cela, et même un peu plus, le Républicain Lorrain avisait la population, quoique sans roulement de tambour, de l’état d’avancement du futur nouveau stade des Faïenceries....
  • la lettre du secrétaire #133:"le colibri et l'ignorant"
    Au Sommaire: " y a-t-il un pilote dans la salle ?" "le colibri et l'ignorant" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort alerte enlèvement EDITO : "y a aussi un Bitscherland là-bas ?" Rue Briques...
  • la lettre du secrétaire #132:"D'ici et d'ailleurs"
    Au Sommaire: " D'ici et d'ailleurs" "Harmoniser par le haut" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort EDITO : "le changement, c'est bientôt" Rue Briques et Pavés: Lisez et faites lire le...
  • Rendons à l’histoire ce qui lui appartient
    un Rentenmark egale 1.000 milliards de marks. Cela nous est répété à satiété : toute la politique économique allemande, et les blocages qui en résultent, nous viennent de la monstrueuse inflation qui, en 1923, met l’Allemagne à genoux. L’on peut comprendre...
  • la lettre du secrétaire #131:"sur la ligne...Céleste"
    Au Sommaire: " le changement, c'est...Giscard !" "sur la ligne...Céleste" "Le coup de fil de Gérard à Céleste" - par Sébastien Lefort D'Bitscher chr o nique, par Sébastien Lefort EDITO : "et si on changeait ?" "Faut-il fermer Fessenheim ? OUI !" Rue Briques...
  • non à l'instrumentalisation des enfants !
    honte aux parents qui mettent des pancartes dans les mains de leurs enfants ! et à tous ceux qui les instrumentalisent
  • problemes de Sarreguemines, la lettre ouverte d'un citoyen en colère
    Stationnement et circulation, civilité et code de bonne conduite ! Lors de sa dernière réunion de campagne, Casino des Faïenceries, pour l'élection municipale du maire de la ville et son Conseil, Céleste LETT, réélu, nous disait qu'il était plutôt traditionnel...